Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Les dirigeants de l'UE adoptent des mesures pour lutter contre le chômage des jeunes

Lors de la réunion du Conseil européen tenue les 27 et 28 juin à Bruxelles, les dirigeants de l'UE ont approuvé un plan global pour lutter contre le chômage des jeunes. 23,5% des Européens de moins de 25 ans (soit près de 7,5 millions de personnes) sont actuellement sans emploi dans l'UE. Ce plan prévoit d'accélérer la mise en œuvre de l'Initiative pour l'emploi des jeunes et de la garantie pour la jeunesse et de renforcer la mobilité des jeunes et la participation des partenaires sociaux.

 

<p>© Matthias Enter. Fotolia.com</p>

© Matthias Enter. Fotolia.com

La probabilité des jeunes de se retrouver au chômage est plus de deux fois supérieure à celle des adultes. On estime que le coût de la non-intégration sur le marché du travail de près de 14 millions de jeunes âges de 15 à 25 ans équivaut à quelque 1,21% du PIB de l'Union européenne.

"Les taux de chômage sont particulièrement préoccupants et masquent de nombreuses réalités différentes et des causes qui sont souvent profondes. Et nous ne nous berçons pas d'illusions: le problème ne sera résolu du jour au lendemain. Mais ce n'est pas une raison pour penser que c'est "mission impossible". En faisant preuve de détermination commune et en prenant des mesures immédiates, nous pouvons obtenir des résultats. C'est pourquoi, ce soir, nous avons pris un certain nombre de décisions qui sont susceptibles de créer - et créeront certainement - de nouveaux emplois", a indiqué le président du Conseil européen Herman Van Rompuy à l'issue de la réunion.

Dispositifs de garantie pour la jeunesse

Dans le cadre de la garantie pour la jeunesse, les États membres se sont engagés à ce que tous les jeunes de moins de 25 ans se voient proposer une offre de bonne qualité portant sur un emploi, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant la perte de leur emploi ou leur sortie de l'enseignement formel.

L'UE aidera les États membres à financer les dispositifs de garantie pour la jeunesse par le recours aux Fonds structurels de l'UE, notamment l'Initiative pour l'emploi des jeunes.

Initiative pour l'emploi des jeunes

Les dirigeants de l'UE ont décidé de concentrer en début de période les six milliards d'euros qui avaient été affectés à l'initiative, de manière à ce que ces fonds soient disponibles en 2014-2016, c'est-à-dire au cours des deux premières années du prochain cadre financier pluriannuel (CFP), plutôt que être étalés sur toute sa durée, qui est de sept ans.

Les dirigeants se sont engagés à ce que l'Initiative pour l'emploi des jeunes soit pleinement opérationnelle d'ici janvier 2014.

Les régions de l'UE où le taux de chômage des jeunes est supérieur à 25 % seront les premières à recevoir les versements prévus par l'initiative. À cette fin, les États membres bénéficiaires de l'Initiative pour l'emploi des jeunes devraient adopter, avant la fin de cette année, un plan visant à lutter contre le chômage, notamment par la mise en œuvre de la "garantie pour la jeunesse". Les autres États membres sont encouragés à adopter des plans similaires en 2014.

En outre, il a été décidé que les fonds non dépensés du CFP seront utilisés principalement pour soutenir l'emploi, notamment des jeunes, mais aussi dans des secteurs de croissance tels que l'innovation et la recherche.

Aider les jeunes à trouver un emploi par delà les frontières

Les dirigeants ont décidé de renforcer les initiatives existantes, par exemple "Ton premier emploi EURES" et "Erasmus+", qui encourage aussi la formation professionnelle sans frontières. Les États membres souhaiteraient qu'il soit opérationnel à partir de janvier 2014. À l'heure actuelle, EURES permet d'accéder à plus de 1,4 million de vacances de postes et à près de 31 000 employeurs enregistrés dans toute l'Union européenne.

Par ailleurs, les États membres sont encouragés à utiliser une partie de leur dotation au titre du FSE pour soutenir des programmes de mobilité transfrontières.

Apprentissages

Les États membres ont décidé de lancer en juillet l'Alliance européenne pour l'apprentissage et de mettre en place au début de 2014 le cadre de qualité pour les stages. Ces programmes visent à établir des liens entre le secteur privé, les partenaires sociaux et les entreprises afin de créer des apprentissages de haute qualité.

Partenaires sociaux

Une autre mesure destinée à stimuler l'emploi des jeunes est la participation active des partenaires sociaux. À cet égard, le  Conseil européen salue l'accord concernant le "cadre d'actions sur l'emploi des jeunes" auquel les partenaires sociaux sont parvenus le 11 juin 2013.

 

Voir aussi:

Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée ?

Oui    Non


Que cherchiez-vous ?

Avez-vous des suggestions ?