Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Pleins feux sur les affaires étrangères

<p><br />© Union européenne 2012</p>
<p> </p>


© Union européenne 2012

 

Le deuxième jour de la réunion du Conseil européen, les chefs d'État ou de gouvernement se sont penchés sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) ainsi que sur d'autres questions relevant des affaires étrangères.

 

Les dirigeants ont noté que, dans le monde actuel en pleine mutation, l'UE est appelée à assumer des responsabilités accrues en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Les missions et opérations relevant de la PSDC constituent une contribution concrète de l'UE à la gestion internationale des crises et un élément essentiel de l'approche globale de l'UE à l'égard des régions en crise.

 

Les chefs d'État ou de gouvernement ont insisté sur la nécessité 

   
  • d'augmenter l'efficacité, la visibilité et l'impact de la PSDC;
  • de renforcer le développement des capacités en matière de défense; et
  • de renforcer l'industrie européenne de la défense.

 

La Haute Représentante et la Commission ont été invitées à élaborer des propositions et des actions visant à renforcer la PSDC et à améliorer la disponibilité des capacités - tant civiles que militaires - requises, et à faire rapport au plus tard en septembre 2013. Le Conseil européen de décembre 2013 examinera les progrès accomplis et formulera des orientations sur la base des recommandations de son président.

 

Les dirigeants ont exprimé leur consternation face à la dégradation croissante de la situation en Syrie et ont approuvé les conclusions adoptées par le Conseil le 10 décembre. Le Conseil européen a mis l'accent sur la gravité de la situation et sur la nécessité de soutenir la coalition des forces de l'opposition syrienne de la manière la plus efficace. Il a souligné que le président Assad devait quitter le pouvoir, pour permettre à un véritable processus politique de s'engager.

 

Le Conseil européen a décidé de continuer à accorder une attention soutenue à ce pays et a chargé le Conseil des affaires étrangères d'examiner toutes les options permettant de soutenir et d'aider l'opposition et d'apporter un appui plus important à la protection des civils. Il a déclaré qu'il soutenait un avenir démocratique et ouvert à tous, où les droits de l'homme et les droits des minorités sont pleinement respectés.

 

Sous réserve de l'évaluation de la notion de stratégies macrorégionales, le Conseil européen attend avec intérêt la présentation par la Commission, avant la fin 2014, d'une nouvelle stratégie de l'UE relative à la région adriatique et ionienne, et demande également que la stratégie de l'UE révisée pour la région de la mer Baltique soit rapidement mise en œuvre.

 

Les dirigeants ont salué et approuvé les conclusions adoptées le 11 décembre par le Conseil sur l'élargissement et le processus de stabilisation et d'association.


Voir également:

 

 

Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée ?

Oui    Non


Que cherchiez-vous ?

Avez-vous des suggestions ?